Nomades

Cité ambulante des gens qui font
Tagada tsouin...
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Le Sud, terre d'errance...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
errance.

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: [RP] Le Sud, terre d'errance...   Mar 11 Juin 2013 - 12:35

(Halle de Montauban, la clairière de la Foy)
Pas sure que ça inspire quelqu'un d'intervenir, mais ouvert bien entendu  Wink

Citation :
[La Nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles. ] (C.Baudelaire)


Les premières pâleurs du jour peinaient à percer la voûte sombre de la forêt, mais déjà les bavardages de plus en plus densse des oiseaux faisaient doucement vibrer le clair-obscur des bois entourant le sentier, accompagnant ses pas de brefs silences intrigués, reprenant de plus belle leurs joyeux murmures dés qu'elle s'éloignait.

Dans l'herbe blanchie de perles de rosée, ses pas laissaient derrière elle une traînée plus mate d'un vert sombre, parfois sa main venait frôler un tronc comme une caresse amicale, elle inspirait longuement les effluves d'humus, de terre, de bois humide, tout respirait la paix et même son visage qu'un léger et heureux sourire venait illuminer...

Elle respirait la paix, oui, une douce chaleur toute entière l'habitait, un calme bienheureux et serein et cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait ainsi enveloppé...

Il faut toujours partir pour espérer connaître la joie des retrouvailles et quand la clairière de la foy s'ouvrit enfin face à elle, quand le ciel paré de poussières d'or et de lames de cuivre lui offrit son écrin, c'est le cœur serré par l'émotion qu'elle resta là à contempler ce temple que nulle main humaine n'était venu flétrir de son arrogance...

Belt était restée si longtemps loin de la cité des saules, et son escale y serait si courte, ce lieu peut être plus que tout autre il lui fallait venir saluer...
Comme les rues et ruelles, les maisons, les tavernes alignant la-bas leurs toits brillants sous la neuve aurore rien ne semblait ici avoir changé...
Et pourtant tout était maintenant si différent....
Tous surtout...même elle...

Une vague de souvenir la submergea soudain de ces visages amis, de ce temps où gamine crasseuse elle découvrait Montauban, l'adoptait comme mère, comme terre, comme seule famille...
Qu'était donc devenu le sage Sidharta, sa lourde tente ottomane et ses contes d'orients, et Tana, Fav avec qui en cette même clairière elle s'étaient vu remettre la croix poissonée, la frêle Emillia, la si fougueuse Scath, tout ces autres.... les routes eux aussi les avaient avalés....
Elle n'avait même plus guère de nouvelles  de la sirène et de son satané Kro, et de combien datait déjà cette missive de Xanthi leur apprenant leur départ vers l’Helvétie et son nouveau bonheur au bras de son si fidèle garde arrière train...
Où étaient ils tous maintenant ? Étaient ils changés, comme elle qui, à se mirer face au miroir passé que lui tendait soudainement la clairière, avait bien du mal à reconnaître la gamine qui l'avait arpenté pour la première fois...
C'était il y a deux ans, c' était il y 100 ans....

Un seul était vraiment resté comme un fil d'Arianne que sa main s'était empressé de serrer pour se laisser guider, celui à qui alors elle apportait en cachette en son solitaire maquis qu'avait du prendre la résistance , quelques vivres, quelques paroles, quelques questionnements... celui qui tenta de lui faire oublier, en vain, ses idées de vengeance maritale, celui qui fut son parrain lors de son baptême réformé, celui qui lui avait forgé autant l'âme que la lame à le suivre à travers le royaume.... Toulouse n'était plus qu'à un pas …. Un frisson la parcourut à la pensée de le revoir, enfin, si bientôt.... Lui son seigneur, qu'elle avait connu dans l'ombre et aujourd'hui en pleine lumière, lui, son Dauphin....

Marie et Theo eux étaient encore ici, et la silhouette du pasteur habita un instant l'orée de la futaie qu'un premier rayon vint faire vibrer.
Sa main se referma sur la poignée de nacre blanche du messer qu'il lui avait forgé, tant de sang depuis était venu y couler, tant de cicatrices aussi maintenant venant graver sa peau, que déjà pudique, elle n'osait plus devant quiconque se dévoiler... Le mot « religionnaire » habita à nouveau l'air, à l'assourdir de son écho..N'était il pas encore et toujours tant d'actualité ?

Fermant les yeux, son âme plus que ses lèvres récita le credo, alors qu'une larme saline, une seule, s'écoula lentement, ni de tristesse, ni de joie, juste signant son flux de souvenir et la vive émotion....

Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre. 
Révélé par Aristote, le prophète premier, notre meneur, 
Fils de Nicomaque et de Phaetis, 
Suivi par Christos, le prophète d'amour, notre rédempteur, 
Né de Maria et de Giosep. 
Ayant souffert sous Ponce, avant d'être crucifié. 
Confirmé par Averroës, le prophète ultime, notre précepteur. 
Tous trois montés aux cieux, 
Sont assis à la droite de Dieu le Père Tout-Puissant, 
D'où il viendra juger les vivants et les morts. 
Je crois en l'Action Divine, en la sainte Église universelle, la communion des justes, en la rémission des péchés, en la justice de Dieu et en la vie éternelle. 

AMEN


Dans un champ aux portes de la ville  dormaient encore roulottes et chariots, ses cousins, ses cousines, sa nomade famille... le feux de camp attendait à être ravivé, les éclats de voix de l'emplir à nouveau.... Bientôt le départ sonnerait.....
A être enfant trouvée, tant de familles déjà.... toutes en son cœur pourtant...
Et il lui sembla l'entendre se déchirer, mais nulle larme de plus ne perla que l'unique traître faisant encore briller sa joue et qu'elle essuya d'un revers de manche..


Revenir en haut Aller en bas
errance.

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: [RP] Le Sud, terre d'errance...   Dim 16 Juin 2013 - 13:11

(Halle de Tolosa [RP Animation ] Dis moi tes chiffres, je te dirai tout !  )

Xanthi a écrit:
Xanthi courait, heureuse à travers le village. Elle était enfin à Toulouse. Elle avait aperçu la flamboyance de Belt, la blondeur de Crys, la charrette de ses Dudus adorés, le drapeau de la Reine, celui de l'ex cétacé, mais ce qu'elle cherchait vraiment, c'était le cheval de son époux.
Elle vit cette affiche et curieuse comme toujours elle s'approcha. Elle chercha et trouva et explosa de rire car la phrase disait  :


Je me suis pâmer devant le prévôt pour la gloire ....

heu ... qui c'était ce prévôt ? pensa-t-elle souriante et heureuse. Elle continua son chemin et vit enfin sa monture. Devant lui, elle se pâmait avec plaisir et délectation, il était mieux qu'un prévôt, c'était le démon de son paradis, son époux.

Errance. a écrit:
Campée devant l'affiche Beltaine écarquilla ses mirettes de verte aventurine, ne pouvant retenir un rire tenant plus de la gamine joyeuse que de la teigne taciturne qu'elle savait si bien être habituellement
« Diantre c'est d'la sorcellerie !»

"Je me suis pâmée devant  une chope de cervoise brune  et j'ai eu un plaisir fou"  

Comment mieux définir la roussette que part telle phrase ?
Comment mieux surtout résumer la présent offert par Tolosa ?
Il a quelques jours encore en Montauban son cœur s'était serré quand priant en la clairière elle avait repensé à tout ceux dispersés sur les routes.
Puis elle était arrivée ici avec sa nomade famille quelle suivait depuis de long mois maintenant, elle savait y revoir celui qui serait à jamais son Seigneur,  mais voilà que depuis, chaque jour franchissant les portes de la ville,  des visages amis qu'elle pensait encore à l'autre bout du royaume, arrivaient....  
Seule la main de Deos pouvait avoir voulu la combler de ce si heureux hasard.....
Et elle en remerciait avec ferveur les cieux quand un hennissement retentissant à l'autre bout de la rue attira son regard...
Alors elle courut vers la petite et si vive silhouette reconnue et attrapant Xanthi à bras le corps la fit tournoyer en lui collant un baiser souriant sous l’œil effaré des passants avant de l’entraîner bras dessus bras dessous vers les tavernes...
Buvons oh oui buvons, trinquons mon amie plus que jamais ! Nous avons tant et tant à nous dire depuis le temps...


Kronembourg a écrit:
Fallait pas rêver. Il n'allait certainement pas dire en public qu'il avait " Epousé un char à boeufs pour ne jamais oublier comme c'était bon, Foutre Dieu ! "  parce que pour un homme d'Eglise, aussi ouvert soit-il, ça la foutait mal.
Le Père et Duc passa donc son chemin en tirant une tronche de six pieds de long, bien loin des retrouvailles animées entre la jeune mariée et la rouquine Errante dont il cherchait déjà l'âne du coin de l'oeil.
Eeeeeh bé. Ca commençait bien, ce p'tit périple à Toulouse.


Revenir en haut Aller en bas
errance.

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: [RP] Le Sud, terre d'errance...   Dim 23 Juin 2013 - 21:09

Tolosa où tout s’enchaîne, se mêle, heure de retrouvailles, de joies, de doutes, de choix ....
20 juin 1461.... où d'un combat en lice, Belt se retrouva avec non pas un mari.... mais deux... 
Dont un "secret d'état" ^^

(RP "privé", partagé avec les nomades pour expliciter quelque peu le "cas Beltaine", mais dont seuls sont au courant, sous demande de tenir le secret, ceux à qui elle l'a confié IG à savoir, tonton carne, Helianthe, Rolandes et... Barbak....  les autres jd vos persos n'en savent rien... merci d'avance)


Sancte_Beltaine a écrit:

Il lui avait fallu passer des gardes suspicieux malgré qu'elle ai revêtu sa seule belle robe, celle crème rehaussée de fines dentelles et de rubans d'un blanc immaculé, domptée sa tignasse en une sage natte, n'ayant de surcroît guère qu'une « fidele spadasse » à leur offrir en titre passe-partout.
Il lui avait fallut se perdre un peu en l'Oustal Maurand de la Reyne avant de trouver l'aile offerte au Dauphin...
Il lui avait fallu encore oser faire sonner son poing contre la porte, suivre alors le page pour "le" découvrir enfin, à la lueur vibrante d'un candélabre, négligemment posé sur une méridienne, un livre entre ses mains....
Elle le revit soudain, tel des années auparavant, quand, encore crasseuse gamine, elle lui rendait de furtives visites en son refuge solitaire....le temps avait passé mais il se superposait... immuable il était... et malgré sa gêne de venir troubler le silence studieux de celui devenu maintenant Altesse, cette vision lui en réchauffa familièrement l'âme...

Une place il lui offrit à ses cotés, une coupe de clairet habita rapidement sa main, comme avant....
Ils discutèrent, de tout de rien, surtout d'elle en fait, car si Sancte répondait toujours à ses questions il n'était pas homme s'étalant, sa famille nomade occupa bien des dires, enchantée qu'il comprenne toute son affection pour elle, sa victoire en lice aussi et ce mariage qui en découlerait, la proposition que lui avait fait dame Cyrinea d'autres paroles encore....Être anoblie, devenir sa Vassalle, diantre la sirène avait elle trop bu ou devenue folle pour offrir cela à une gueuse comme elle....
Un rire profond avait accueillit son étonnement....
Oh, ma Belt' ... Je suis ravi pour vous. Vous le méritez tant...

Son trouble cela ne fit qu'empirer....
Fidelité, Honneur, bien sur elle était pétrie de ces valeurs, sans doute son âme y était depuis toujours terreau fertile mais n'est ce pas son seigneur qui en avait fait pousser, de ses conseils, de sa sagesse, de son exemple, la graine à la faire plante si robuste et bien enracinée....
Son Ser, lui... juste là....
Celui qu'elle n'avait revu depuis des mois et des mois, celui qui lui avait tant manqué au fond....à en harceler les nomades sur un lien possible avec la couronne, à avoir tant voulu les traîner à Toulouse.... mais elle refusait encore de s'avouer ce que son cœur lui criait...depuis toujours....
Son trouble elle le sentait pourtant palpable dans l'air les séparant et elle en avait plus honte qu'autre chose quand délicatement Iohannes saisit sa coupe vide, et la reposa sur le guéridon, où il saisit une petite pochette de tissu.
S'allongeant à moitié sur la méridienne, il déplia la toile de chanvre sur son buste. Y reposaient quelques boucles de cheveux, roux et blonds, une fleur d'Edelweiss séchée, et un anneau d'or, simple, mais lourd dont il s'empara.
Plongeant son regard gris dans ses prunelles, il saisit sa main, et avec solennité, glissa l'anneau le long de son annulaire gauche.
Un frisson la parcourut de part en part, étonnée à en rester coite, elle se laissa faire incrédule, ne comprenant pas, ne le voulant pas, ou trop.....

Vous qui devez vous marier, Beltaine ... Acceptez de porter ce présent. Vous êtes la femme que tout homme mérite. Celle que j'aurais aimé avoir. Et que je ne puis faire mienne. Voulez-vous être ma femme, Beltaine ? Symboliquement. Pour toujours.

Waouah, ça s’affole dans le ciboulot de la teigne, dans l'âme, dans le palpitant, alternance de suées froides, de bouffées de chaleur, ses mirettes agrandies de stupeur, vont de la bague à lui, ces mots résonnent, résonnent, sa tête chavire. Une pluie d'étoile brilla en ses vertes aventurines, ses libes s'entrouvrirent, s’étirèrent en sourire beat, n’arrivant à sortir le moindre son, une Soubirou face au miracle n'a vraiment pas fait mieux, puis elle serra ses mains dans les siennes, vibrantes.

Mais.. oh... mais... mon Ser... vous... je.... je....ce .... ce sera ma plus grande des joies...
je... je vous... pense tant à vous si souvent... mais...jamais je n'aurais....oh Iohannes .... Mon Ser.....vous me jouez un tour c'est cela ?


Il porta sa main à ses lèvres, et y déposa un baiser.

Je suis lié à mon épouse, par mon mariage et devant Dieu. Ma descendance légitime sera sienne. Elle est ma légitime. Mais puisque vous devez prendre époux symbolique en ce jorn, même si je ne suis nomade, acceptez d'être mienne. Nul ne devra savoir, tel est notre secret. Mais ma loyauté à votre égard est totale. Et je sais que la réciproque est vraie.

Cela n'était pas une farce, il n’était de toute façon pas homme à en faire de telle, et cette sincérité en son regard, en sa voix.....
Tout ce temps passé depuis son arrivée en Montauban, les routes ensuite avalées ensemble, parfois que tout deux, oh le doux temps du roy Vonafred, leurs escapades d'alors, puis la guerre, la Bourgogne, son mariage avec la Comtesse de lavaur, n'était ce pas là justement, au sortir de la cérémonie qu'elle l'avait quitté pour rejoindre les nomades.... pour mieux le retrouver ce jour à son tour prête à être mariée.....

Jamais oh jamais je n'aurais osé prétendre être votre femme, ni même le rêver...je sais bien qui je suis, d'où je viens, et mon monde qui jamais ne pourra se mêler au votre....jamais je n'ai jalousé votre légitime ou enviée... ni ne la jalouserais jamais...
Car ce que vous m'offrez ce soir est bien plus.... merveilleux.... cela est tant ce que je suis... tant ce que je peux vous offrir.... simplement.... et jamais je ne vous trahirais, jamais je ne Nous trahirais.... oh Mon ser... vous aller me faire exploser le cœur de bonheur.... j'ai l'impression d'être dans le plus doux des rêves


Et sa main frémissante osa comme jamais encore elle ne se l'était autorisée, à caresser doucement, paumes légères ses doigts, son bras, son épaule qu'elle serra tendrement alors que ses vertes aventurines fondaient dans les gris d'automne

Iohannes repoussa alors délicatement l'étoffe contenant ses trésors. Il ne lui avait pas indiqué, mais l'anneau qu'elle portait maintenant était celle de sa première femme, rousse elle aussi, payé alors difficilement avec sa maigre solde de l'Ost.
Tournant son regard gris vers elle, il la ramena à lui, la faisant asseoir à califourchon sur sa taille. Ses mains épaisses se calèrent sur ses fesses rondes, sans audace ni pudeur, mais avec une virilité naturelle, il l'attira à lui, dans l'offrande d'un baiser vorace et sensuel, suave et fougueux. Son coeur calé sous sa large cage thoracique se mit à vrombir, et la chaleur de son corps massif s'en ressentit. Fatalement....

Il congédia le page qui se tenait encore là, silencieux, …

Le reste n'appartint qu'à eux.....


(Rp écrit à 4 mains et publié ici avec accord du jd Sancte )
Revenir en haut Aller en bas
errance.

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: [RP] Le Sud, terre d'errance...   Dim 30 Juin 2013 - 12:27

La vie, (et le sud) c'est vraiment de la grosse boulasse ! (si je puis dire ainsi)
 
29/06/ 1461 En vous promenant, vous avez trouvé une bonne planche de bois. Peut-être est-elle utilisable ?
28/06/1461 Vous avez trouvé 5 écus sous un rocher !
26/06/1461 Vous vous êtes levé du bon pied ! Vous êtes serein aujourd'hui, et bien disposé.
21/06/1461 Vous vous êtes levé du bon pied ! Vous êtes serein aujourd'hui, et bien disposé.
19/06/1461 Vous avez élégamment massacré Bilboquet%, ce misérable vaurien, en un magnifique combat en 1 contre 1. Vous l'abandonnez, anéanti, geignant, au milieu du pré, pendant que le public acclame votre nom : "Vive errance. ! Vive errance. !". Quelle raclée ! (Vous gagnez 14 points d'expérience.)
13/06/1461 Vous avez donné un verre d'eau à un mendiant. Votre geste a été remarqué (+1 Point de Réputation) 
12/06/1461 Vous vous êtes levé du bon pied ! Vous êtes en forme et prêt à surmonter les épreuves de la journée !
Revenir en haut Aller en bas
Andromeline

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: [RP] Le Sud, terre d'errance...   Dim 30 Juin 2013 - 14:35

Tata Errance !

Je suis contente d'avoir un peu de tes nouvelles mais reviens nous viiiiite !! Le petit poney/panda que je suis trépigne d'impatience de revoir ta bouille de Tata ours !!

Je t'embrasse et a tres vite !
Revenir en haut Aller en bas
errance.

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: [RP] Le Sud, terre d'errance...   Dim 30 Juin 2013 - 15:05

vous me manquez aussi, dés que vous êtes à castelno je déboule !
Me suis même permise de squatter le RP "tsoin à foix" pour un courrier !

je t'embrasse aussi ma 'tite méline.... à trés vite !
Revenir en haut Aller en bas
errance.

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: [RP] Le Sud, terre d'errance...   Lun 1 Juil 2013 - 10:38

La boulasse continue, j'dois avoir un admirateur secret ^^

1/07/1461 On frappe à votre porte. Vous ouvrez : il n'y a personne. Mais par terre, sont posés deux épis de maïs. Étonnant, non 
Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Le Sud, terre d'errance...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wouha Pandawa terre level 60/Full xP en Pano
» Nouveau spot? [Xp panda terre, eau, et air]
» Un panda feu/terre lvl 80 va naître
» Kipolata Panda Terre 16x
» CaC pour bi-élément feu/terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nomades :: La Caravane passe [accès à tous] :: [RP] Recueil des petites histoires de la famille cyclopède.-
Sauter vers: