Nomades

Cité ambulante des gens qui font
Tagada tsouin...
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lorca Pizeto

avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 31/05/2012

MessageSujet: Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.   Dim 14 Sep 2014 - 23:56

C'est ici :
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Après l’inattendu assaut perpétré par ceux qu'il avait pus identifier avec stupéfaction comme membres de l'armée qui campait en voisine, Lorca avait suivi d'instinct l'agresseur de son frère.
 
Seules quelques échauffourées avec les bandits de grands chemins lui servaient à peine d'expérience dans le maniement des armes de jet et de mêlée.

Toutefois, maintes opérations de récupération de marchandises dérobées à sa famille  ainsi que des milliers de lieues parcourues avec sa charrette lui avaient appris le sens du terrain.
Il haïssait les brigands.

Et celui-là entrait dans la catégorie la plus dangereuse qui soit.
Celle des "aigres-fins-gros-musclés" qui poursuivent leur rôle quand bien même ils sont démasqués, la veulerie leur tenant d'assurance.
Ils sont aussi gonflés qu'un grain de raisin la veille des vendanges, pérorant encore même écrasés dans la cuve à vinaigre.
 

Lorsqu'ils avaient proposé de prêter main forte à l'armée de Messire Lancelot,
les Nomades présents dans le secteur pensaient protéger Dôle des bandits aperçus trop souvent depuis leur départ de Grandson.
Ceux-ci sont le plus grand fléau du commerce bien devant les douaniers imbéciles.
Et aussi les maires avides d'écus soit disant comptables de leur progression vers une petite baronnie.

Et voilà qu'une armée impériale leur tombe dessus !

Toujours lâche et sournoise, doublée habituellement de fallacieuses raisons morales pour en consacrer la soit disant nécessité,
cette tactique est favorite des bandes de soudards internationaux portant blason impérial ou croix teutonne.
Normal, dans les combats loyaux ils se sont toujours fait botter le cul.

Ils auraient du se méfier et dormir dans leur armure, la main sur le pommeau de l'épée....

Mais voilà la Franche Comté leur inspirait une grande confiance et ils accordaient déjà presque de la sympathie à ceux là du camp voisin.
N'allaient-ils pas se battre ensemble pour désinfecter les routes du principal ennemi des Nomades?

Coupe-jarrets et brigands organisés en groupes de funeste mémoire
qui tentent régulièrement de piller nos convois allaient se faire sérieusement étriller.


Et considérant ce Mike à la Noblesse surement empruntée ...

Celui-ci venait de sa Bretagne profonde s'enrichir en contrées civilisées.
Avec son accent de gouape à peine dégrossi,
le voilà qui plastronne et postillonne sa haine des gens plus évolués que lui.

Ne pas avoir été immédiatement pendu pour haute trahison lui donne l'assurance lisse d'un œuf tombé du cul d'une poule sans s'être fêlé.

Fort d'un blason impérial confirmé par les Spartes,
cette famille d'arrivistes sans autre principe que ceux qui poliraient leur nombril à l'or fin,
il ne doute pas un instant qu'il va se payer la Comté.

Contrée qu'il pense peuplée d'une bande de faisans qu'il va pouvoir tour à tour complimenter et bonimenter, tout en tuant ou avilissant ceux qui lui résistent.

Il en vagit comme un nourrisson sentant la tiédeur douillette de la pisse baignant soudainement sa couche.

Et pourquoi s'en priverait-il ?
Faut dire que jusqu'ici rien n'est encore venu sérieusement infirmer son jugement.
La majorité du Conseil actuel semble de la même eau que lui,
qui réagie mollement à l'attaque d'une armée Franc-Comtoise sur le sol Franc-Comtois.
Parvenus paranoïaques qui pensent que seul l'Empire décide de leur légitimité tellement ils puent la magouille ?
Va savoir ... Mais ceci est l'affaire des Comtois.

Il est maintenant manifestement lumineux que à la suite de l'Helvétie,
la Franche-Comté était presque mûre pour le pillage.

Attends de sentir le pal entrer par là où tu dois souvent pêcher ...
Tu ne l'auras pas volé !!



Revenir en haut Aller en bas
Carne Pizeto

avatar

Messages : 1647
Date d'inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.   Lun 15 Sep 2014 - 21:30

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ausone

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 21/07/2014

MessageSujet: Re: Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.   Mar 23 Sep 2014 - 14:03

Lorca a écrit:
Pas du tout.
Je vais vous décrire ce qui c'est vraiment passé.
Vous qui n'y étiez pas,
avec votre sens de la synthèse extra lucide ...
Vous allez surement comprendre.

Mike adore les artichauts aux choux fleurs gratinés de fromage.
C'est même la raison de sa venue en Franche Comté.

Ce soir là ...
Fort dépité qu'il n'y est encore que de la cancoillotte à étaler sur son pain, il décida de montrer au cuistot la recette de son plat favori.

Faut le comprendre.
Chier dans la colle à la tête d'une armée ne donne pas de soi une image virile.
Et la cancoillotte, faut dire que fluide comme c'est...
Ça n'arrange pas les choses, même qu'à haute dose ça les provoque.
C'est pas comme l'artichaut qui lui a au moins des poils.

Imaginez le traversant son campement en sautillant,
les braies aux chevilles et la courante à ses trousses.

Tournant en rond, tout hésitant sur la direction à prendre en premier.
Les feuillets, les cuisines ou le jardin ?
Les journées d'un général de l'empire sont pleines de rebondissements.
Faut savoir prendre rapidement une décision.

Il se décida enfin pour le jardin.
Pas con comme choix.
Sans légumes point de salade.
Et il pourrait en profiter pour libérer ses intestins en pleine nature.
Un Breton sait que la merdre c'est bon aussi pour le jardin.
Une pierre deux coups.
La stratégie ça connait Mike.

L'épée à la main,
car l'artichaut est un fruit rétif à qui il faut couper la tête,
le voila parti faire cueillette à travers le champ de choux-fleurs.

Heurtant malencontreusement un légume arrivé à maturité,
PAF !!
Il s'envola dans les airs,
HAAAAAaaaaa ...
.....Et lâcha son épée qui en fit de même.

Dans une belle parabole celle-ci prit la direction du camp de l'armée de Lancelot.
Pour se ficher dans la gorge de mon frangin qui roupillait du sommeil du juste.

Les cris du général mordant la poussière de tout son poids fit penser à ses troupes qu'elles étaient attaquées.
Le spectacle ensanglanté de leur camarade eut le même effet dans le camp adverse.

S'en suivi l'attaque des attaqués et les attaqués ça attaque l'attaquant attaqué surtout quand il est attaqué.

Voilà ....

Moralité de cette malheureuse histoire :
- le Chou-fleur aux artichauts nappé de cancoillotte ...
C'est indigeste !!

En consommer peut conduire à la potence.



[...]

Ausone a écrit:
Parce qu'elle ne peut rien faire d'autre - convalescence oblige - Ausone est là, adossée à un arbre de la place. Elle écoute et se délecte des histoires de gratin, d’artichauts et de cancoillotte de Lorca.

C'est vrai ! C'est comme ça que ça s'est passé ! Exactement.
Je le sais, j'y étais aussi...
...
Même le chou-fleur a volé ! Je crois...
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], et s'il y avait un lapin c'est que la tête de chou ne devait pas être bien loin !
Revenir en haut Aller en bas
Ausone

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 21/07/2014

MessageSujet: Re: Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.   Mar 23 Sep 2014 - 14:07

[...]

Menech a écrit:
Mike par ci, Mike par là. Cela bavarde fort pour dire Nenni, ici. C'est pour deviser ou bien ?

Ca trinque ? Menech Sabeliko, dict grosse tête, la fait craquer et ses larges paluches de tueur de chat aussi. Il a jamais rien fait aux chats en fait, mais enfin, on s'en fiche. Le géant, droit dans ses bottes, dos à la roulotte, les yeux dans ceux du petit dadais qu'à fait faire des bosses à l'Oncle Carné, crache sa chique et sort sa trique.


Noroc ! Na zdrowie ! كاساك ! A ta Santé ! D'où qu'tu viennes p'tit bonhomme.


Ausone a écrit:
Ouep ! A ta santé !

Il y a des circonstances où elle aurait préféré être un garçon. Mais la Lycane, qui n’en était pas une, savait saisir une opportunité quand elle se présentait. Comme celle de faire comprendre au Sieur de Naueriels ce qu’elle pensait de lui et de ses méthodes guerrières, en appliquant son propre slogan de campagne, et à la lettre… Et puis le chouchen, c’était vraiment dégueulasse et ça donnait vite envie de pisser.

Alors, Ausone releva ses jupons, s'accroupit devant lui avec un joli sourire et fit sur les bottes du capitaine breton. Elle espérait que celui qui revendiquait si fort "stop au blabla, vive l'action" apprécierait le geste à sa juste valeur. La théorie mise en pratique.
Une fois debout, sa jupe retombant dans un froissement de tissus, elle quitta la place.


Lorca a écrit:
Lorca fut d'abord tout abasourdi des ouvertures que certains nobles comtois pourraient faire à un homme aussi fat que ce Mike De "slurps" heuuu... qu'importe.

Mais après tout, les Francs Comtois sont peut-être à court d'imagination ? A moins que leur fierté se soit fortement diluée ...
Il en demeure que c'est leur problème.

Le problème des Nomades reste d'avoir été agressé par cette outre de suffisance.

Et pour un Nomade,
la Famille c'est sacré !!


Que quelques timorés te demande ton avis ne doit pas t'induire en erreur.
Tu es loin d'être en terrain conquis l'ami.
Que tu arrives à penser n'a plus aucune importance en regard de tes actes.


S'approchant de l'arrogant tout en maintenant son attention,
Lorca déboucle sa ceinture et sort l'organe qui le différencie de ses compagnes.
Trinquer avec toi ?
Mais certainement ...

Un jet de pisse parfumée aux asperges vint mouiller la jambe de Mike.
Secouant l'objet du délit d'inondation, Lorca le remit en place.

Après s'être essuyé les doigts sur le mantel de l'improvisé pissoir,
il tourne le dos avec dédain et sort de l'endroit.

Que les Comtois à la fierté intacte en soient inspirés !

Revenir en haut Aller en bas
Ausone

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 21/07/2014

MessageSujet: Re: Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.   Mar 23 Sep 2014 - 14:14

Rolandes a écrit:
Rolandès releva le menton, considéra l'homme qui parlait tant et tant devant quelques Comtois qui semblaient lui accorder quelque crédit. Ce petit Mike gesticulant, pérorant et suffisant commençait à courir sur le dos des Nomades.
Elle regarda son époux, ses cousins se soulager sur l'arrogant et fronça délicatement le nez.
Elle connaissait ce genre d'homme qui parlait haut en espérant faire gober des inepties aux crédules, en espérant surtout se convaincre lui-même.


Dites donc jeune homme ! Nous sommes les Nomades, peuple itinérant et pacifique et ne vous permettrons pas d'insulter notre nom. Je suis Rolandès Sabeliko. Vous avez traité mon beau-fils Carne de brigand. Ne parlez plus jamais ainsi de ma famille ! Nous ne nous sommes jamais croisés, Mike et vous ne nous connaissez pas ! Carne Pizeto est un homme intègre et honnête. Il a de nombreux défauts, mais moi seule ai le privilège de les évoquer. Méfiez-vous car nous avons rencontré obstacles autrement plus impressionnants que vous !

Nous connaissons ces fallacieuses raisons que vous avancez pour justifier des actes inqualifiables. Vous ne nous apprendrez pas la vie, même par la force !
Vous mentez éhontément. La liste du Talion est affichée aux yeux de tous et aucun  membre de notre famille n'y est inscrit. Au lieu de répondre à cette évidence, vous préférez jouer les fiers à bras en buvant votre chouchen que personne ne daigne partager ou en vous targuant de votre grand duc dont nous n'avons que faire.

Sachez Messire de Naueriels que nous ne sommes pas dupes. Je sais voir au travers des âmes et je connais les motifs pour lesquels vous avez placé ma famille en ennemie. La prochaine fois, choisissez mieux vos informateurs ou vérifiez vos sources, cela vous évitera de passer pour un imbécile.

Vous voilà maintenant bien péteux, la queue entre les jambe et vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous-même !  


Mike.de.naueriels a écrit:
Mike rattrapa le Lorca, l'attrapa par les cheveux et tapa sa tête avec violence contre une des poutre du stand avant de le balayer comme épis pour l'envoyer au sol et essuya sa botte souillée sur les vêtement du "nomades" avant de reprendre calmement comme si de rien n'était et toujours calmement, du moins là il était calme car si il était énervé, ça se saurait directement, il dit.

- sauf que je m'en fou de vos vies de "nomades", l'hydre aussi sont "nomade", le fatum aussi..c'est juste l'emploi des mots qui changent mais la fonction reste la même : être des raclures de la société.

Il les invita à quitter son stand, à ces fameux "nomades" :

- Partez, je vous ai assez vu. Ici on parle "politique" et non de vos problèmes familiaux ou pire urinaire.

Et en désignant leurs camarade gisant sur le sol :

- et reprenez votre "parent", trugarez.

Il s'en alla rejoindre ses gars, le sourire aux lèvres, parfaitement calme après avoir corrigé le malautru qui se permettait des aisances avec un noble. Il avait de la chance qu'il était de bonne, le Nauériels, sinon l'objet du délit, il en aurait fait un pendentif.

Des pacifistes dans une armée, il aura tout entendu.


[Vu que JD Lorca s'autorise des interractions avec mon perso, il a eu réponse.]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ausone

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 21/07/2014

MessageSujet: Re: Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.   Mar 23 Sep 2014 - 14:35

Carne a écrit:
Carne le sévère, patriarche des candides, avoyer des sommiers de pailles, tout vermoulu dedans sa barbe fleurie écoute de loin ses gentils cousins et se fige soudain, l'esprit illuminé par une idée fulgurante.
Son sourcil se relève et il écarquille son oeil.


Il se lève, fend la foule, et se hâte en boitant un peu vers sa cousine.

- Rolandes! Je viens de songer à une chose qui me ravit! C'est que depuis la mort de ta fille, tu n'es plus ma belle-mère!!!! Te rends-tu compte?
C'est vraiment formidable, non? Oh, ça m'ôte d'un poids!
C'est bien simple, déjà, tu me redeviens sympathique!

Il lui saisit les épaules, la secoue doucement et lui colle un bécot sur chaque joue.
Il soupire, hoche la tête comme on le fait quand on vient d'échapper à l'Enfer, puis reniflant un fumet d’ammoniaque, se tourne de côté :


(Chacun se soulage comme il peut....)


Carne a écrit:



Et dans les rêves des uns et les cauchemars des autres, l'on se saisit du capitaine fou, on lui fourra une pomme dans la bouche, tenue en place avec un bon baillon, on le lia, on le coinça dans un tonneau percé afin que ne dépassent que ses fesses bien roses, et tout le régiment comtois passa à la file et en eu grand contentement et grand soulagement, car avec toutes ces manoeuvres, on avait égaré le bordel de campagne à "Lucseuil".
... ou pas... mais y en a qui disent que ça se passa ainsi....
...Mais pas moi!!!!
... mais y en a des ...
... des qui l'ont dit....




- Ahhh, mon garçon... C'est bien vous? Je vous reconnais..... vous m'avez bien rossé, l'autre jour... pas vrai?

Il s'approche et lui saisit la main.
Mais je ne vous en veux pas, va... allez, on ne peut exceller en toute chose, et la compétence militaire ne se ramasse pas sous les cailloux des chemins. Vous et moi sommes l'illustration de cette triste vérité.
Il lui tapote gentiment sur l'épaule....


Ainsi, moi, je ne suis bon qu'à voyager, à négocier des marchandises, à tenir bien serrés les cordons de la bourse et je ne sais pas tenir une épée...
Quant à vous, vous ne savez pas distinguer un ruffian d'un soldat de votre livrée.
Je ne sais pas bien qui vous a fait militaire, mon petit, mais voilà bien la démonstration que tout le monde peut se tromper.
D'ailleurs, vous l'avez bien compris, On m'a dit que vous entrez en politique?
Voilà une ambitieuse métamorphose! Qui vous réussira mieux si ça se trouve.... Prenez les papillons, par exemple... c'est beau, non? Eh bien, vous avez déjà vu la gueule des chenilles? Brrr!!!

Il dodeline de la tête
Et on me dit que vous vivez partout?
C'est bien, ça, c'est très bien!
Nous aussi, nous aimons voyager. Aussi, ce n'est pas moi qui vous jetterai la pierre. Je sais trop l'accueil que l'on fait aux gens du voyage, dans les contrées sauvages comme celle-ci...


Il montre sa bosse au front.

- D'ailleurs, vous voyez bien!
- C'est que ces régions féodales, sont encore bien barbares, que voulez-vous.....
Eh bien, je n'ai plus qu'à vous souhaiter bonne chance pour votre élection!


Il s'éloigne, pense à quelque chose et se retourne....
Oh, j'y pense! Si vous êtes dans la gêne, nous pouvons vous vendre des voix!
Quand on débute en politique, il faut bien s’accommoder comme on peut!
J'irai vous les quérir. Dans les tavernes, on trouve moultes ivrognes qui vendraient leur mère pour une chope!
Je vous les revendrais pour une commission modeste...


Il fait le geste de tourner son index autour de son oreille.

- Ça marche? Allez! On se pigeonne, hein?

Puis, il s'éloigne... assez vite quand même, des fois que son nouvel ami ne soit atteint d'un autre délire militaire....
Et puis aussi un peu parce qu'après le plat d'asperges de la veille, l'urine des cousins, ça fouette.


Rolandes a écrit:
Rolandès regardait d'un œil distrait l'apprenti en politique passer ses nerfs sur son cousin. Elle maugréait pour elle même :

Pas bon ça, mon petit, pas bon... pas le meilleur moyen de communiquer...

Ce n'était pas là ce qui la contrariait le plus. Non, ce qui la troublait, c'était que le coup qu'avait reçu Carne l'avait rendu... fou.
Pour preuve, il la saisissait aux épaules et lui collait deux baisers sonores sur les joues.


Mon cousin tu déraisonnes !

C'en était trop. Elle jeta un regard noir au politicard en herbe et, d'un geste, appela à lui les pires tourments. Ah il ne l'avait pas volé, il n'allait pas l'emporter au paradis, le bougre !

Rolandès soupira en emboîtant le pas de son désormais ex beau-fils, songeant que ses proches feraient bien d'arrêter les asperges. Il était grand temps de les remettre à la soupe de pois...
Revenir en haut Aller en bas
 
Tel un chat qui retombe sur ses pattes ou comment traiter avec une grande gueule.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos animaux de compagnie
» [Résolu] Technique pour battre les 2 Tigrex + ...
» Batignolle Chatillon 25 tonnes
» [Guide] "Le Palico Game!!!"
» L'album photo de nos amis à quatre pattes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nomades :: La Caravane passe [accès à tous] :: [RP] Recueil des petites histoires de la famille cyclopède.-
Sauter vers: