Nomades

Cité ambulante des gens qui font
Tagada tsouin...
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Quand le silence... dort ou toc toc avoyer de Grandson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carne Pizeto

avatar

Messages : 1663
Date d'inscription : 10/05/2012

MessageSujet: [RP] Quand le silence... dort ou toc toc avoyer de Grandson   Mar 15 Jan 2013 - 13:39

Lyana

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]





[ Sion - en mairie ]

Lya avait envoyé un pigeon depuis des jours à l'avoyer de Grandson pour lui demander des poissons.. pas même un retour de pigeon un peu plumé et d'une missive un peu "piquante".
Rien.. le néant!

Elle en avait marre de toujours devoir attendre sur les autres, l'éxaspération la gagnait fortement là.


Que que fait cet avoyer? il trousse les chèvres , les cherchant déjà de son oeil valide?

Soufflait..

faut aller lui prendre sa mairie pour voir s'il vit encore?? Ca tombe bien, on a b'soin d'exercices à Sion!
Après les longues, très longues séances de "lever" puis "baisser" les paupières, p'têtre aller mettre une tite claque sur sa trombine !

_________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Atila

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]




[ A Grandson dans le bureau de l'avoyer]

Atila, n'ayant plus de nouvelles de l'avoyer depuis des jours, se présenta à sa permanence. Pas âme qui vive ! l'avoyer devait être souffrant ou pire peut être.

Pas demain que le village s'animera pourtant son programme électoral promettait de belles réjouissances, tant pis ! cela arrivera peut être en fin de mandat se dit-il pour se rassurer.
Le bois était horriblement cher sur le marché ou parfois introuvable, ce qui provoquait une hausse perpétuelle du pain.
La seule partie de son programme qui avait été respecté était la recherche de candidats, ces derniers s'étaient présentés en attendant patiemment l'ouverture des votations.
Il prit la plume et l'écritoire posés sur le bureau poussiéreux pour coucher quelques mots à l'attention de ceux qui trouveraient son message.


Chers bocans, touristes ou voyageurs de tous poils,

Si tout comme moi vous trouvez ce bureau désertique et si par miracle vous avez des nouvelles de notre avoyer messire Carne, veuillez je vous prie me le faire savoir par tous moyens à votre convenance.
Merci d'avance,
Atila
_________________

LJS a écrit: "si on a pris le temps de coder les révoltes et les
bandits, c'est pour que les joueurs se révoltent et jouent les bandits."
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Carne

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]







Carne
armé d'une pelle a déneigé les routes du canton. Parce que si il y a un couillon qui glisse dans un col, on va dire que c'est de sa faute. Puis, armé d'une pioche il a cassé toute la glace du lac ... et puis il a aussi nourri les poissons... personne ne pense jamais à ces bêtes-là...
Ensuite, il a déboisé les flancs de la montagne parce que ça bouche la vue, et comme il lui restait un peu de temps, il a peint un attelage de vaches en mauve.
Puis, il est allé distribuer des cadeaux à tous les petits n'enfants, sans oublier personne, pas même les petits morveux de la plaine.
Plus tard, il est passé au marché et il a remplacé toutes les miches rassies par du pain d'épice.

Enfin, il rentre chez lui, et il songe en faisant descendre quelques biscuits secs avec une pinte de lait qu'il a oublié d'aller fouetter les cancaniers.
Chaque jour suffit sa peine.


Carne ne ment jamais. C'est la vérité qui se trompe.
Quand Carne est en retard, le temps a intérêt à ralentir.*



*les exploits de Chuck
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Carne

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]







Carne le sévère, despote dedans sa barbe, adossé à un saule éploré, fixait d'un air mécontent le bouchon de sa ligne.
Le lac était brumeux, comme à son habitude.
Il en avait coulé de l'eau dans l'abreuvoir depuis les jours difficiles où la famille était venue s'établir à Grandson.

Au loin les chiens de guerre filaient vers la capitale pour un temps détournés de leur ire primaire, par l'espoir d'occire des vermines plus alpines et de tremper leurs lèvres au ciboire des médailles.
Se grattant l'entrejambe, il soliloquait doctement les lieux communs de la tradition familiale...




- L'homme de terre prend, puis prend et prend encore jusqu'à ce qu'il ait tout et tant et plus. Ce qu'il a il le méprise et ce qu'il n'a pas, le convoite.
Qu'on lui prenne une rognure d' ongle et sa fureur n'a pas de limite et ses sanglots résonnent.
L'homme de terre n'aime guère l'homme du vent et le veut loin de ses champs.
L'helvète est fort terrestre et le grandsonnois très helvète.


L'homme du vent, que fait-il?
Il pêche, ce matin...
Le brochet, oui monsieur. Grand comme une barque selon des témoins horrifiés.
Carne, avoyer rigoureux dedans ses braies prend sa charge très au sérieux. Il ne tolère pas qu'un vorace sévisse en son lac et menace la production piscicole des lieux. Une fois qu'il l'aura pêché, il le mènera au tribunal en charrette, dans un bac d'eau claire afin qu'il y soit jugé pour trouble à l'ordre public.
On ne rigole pas avec le poisson de Grandson.

Il parle au Lac comme à un vieil ami et aussi au blaireau blotti au creux de l'arbre qui attend qu'il s'en aille pour aller croquer la grenouille et lâcher sa crotte hors du terrier.


- Or, donc, je suis bourgmestre d'une cité dortoir sans tapage, gardien de lit pour bourgeois grabataires. De braves gens pour la plupart, qui aiment plus que de raison leur vie tranquille et sans histoires.

Il titille le bouchon pour réveiller le vif qui somnole dans les algues.


- continue? susurre le lac avec de jolis bruissements de feuilles:

- L'Histoire, leur marraine, depuis toujours passe au loin de ces lieux. Mais le vent chafouin dans sa grande rouerie nous a semés ici.

Le blaireau prisonnier menace:

- L'homme du vent serait bien avisé de ne pas en lâcher s'il ne veut pas se faire marrir le pétard....
- Paix! répond le fessier incriminé au nez de l'animal. C'est que l'homme du vent, en phase avec la nature s'exprime par mille ruses.
- ahhhhh, je suffoque! gémit le blaireau.
- Continue? bruisse le lac.
- pouip!
- Ta gueule! ça mord!
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Lyana

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]







[Scions, scions, scions du bois... bureau de l'avoyère de Sion..]


- Dame l'avoyère y'a plus de bois sur le marché
- Ah et bien trouvez aut' chose à brûler dans vos cheminées
- Mais m'adame c'est pour faire cuire tous les poissons fraichement arrivés de Genève y'a plusieurs jours et fraîchement pêchés d'il y a trois semaines, pas moins, c'est l'oeil de l'aquatique qui parle.. son odeur aussi je le crains. Faut du bois.
- Demandez donc au maire de Fribourg, y'a toujours du bois là-bas!
- Mais c'est à dire que... Fribourg en ce moment est comment dire ... zone touristique, ils reçoivent et quand on reçoit on aime bien de poinct être dérangé.
- Ah.. ils reçoivent? grand bien leur fasse. Demandez au maire de Grandson, peut-être que ce brave homme s'il a le temps, entre deux critiques d'un autre "oeil unique" vous fournira quelques brindilles pour cuire vos poissons si frais.
- Faut que j'écrive?
- Pensez quand même pas que je vais le faire à votre place? si?
- C'est à dire que... 'fin.. c'est que.. j'ai pas de plume.
- Pas de plume ? allez à la chasse et dégotez un volatile, Pas ce qui manque en ce moment.. les volatiles.
- Oui, oui.. mais c'est à dire que.. il me fait peur l'avoyer de Grandson, c'est un m'sire qui parle si bien que vais pas osé lui écrire.. j'ai poinct sa culture du verbe.


Soupire... Soupire ...

-J'vais le faire, allez donc dormir un peu , seize heures de sommeil dans une journée ne vous suffit pas!

Et le bougre s'en va et l'avoyère reste... reste seule avec son envie d'en tuer quelques uns... juste cinq ou six.. mais la lettre d'abord...

Cita:
Très cher ami Carne,

Comment allez-vous en ces temps de ..pleine reflexions d'activités physiques chez nos voisins? Avez-vous un peu de temps pour vous?
Je viens vers vous pour savoir si à tout hasard vous auriez du bois en trop? J'hésite à brûler Sion et toutes les marmottes avec.. Pas moyen de commercer pour les échanger alors peut etre qu'en brûlant tout.. peut être!
Si vous avez du bois mettez le de cotés, je crois que Fribourg reçoit des Italiens actuellement et je ne voudrais pas les déranger avec un mandat ... si vous voyez ce que je veux dire... mais tenez moi au courant quand même..

Bien à vous,
Votre amie,
Lyana..

Ah bah voilà.. facile pourtant d'écrire! facile...

L'instant d'après le pigeons vole....

_________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Atila

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]





[ Quelque part dans Grandson avant de partir vers le grand chambardement]

Pendant que l'avoyer se pavanait on ne sait où, Sion avait proclamé la loi martiale sur tout le territoire de son canton. Aussi, Atila, avant de passer l'arme à gauche sur un champ de bataille, avait décidé de lui écrire peut être pour une toute dernière fois. Comme à son habitude l'oeil amusé et le sourire narquois, il prit la plume.

Monsieur le Chef cantonal,

Il me vient une idée mais comme c'est pas la votre, je vous prie de ne pas la prendre mal.
Que diriez-vous, vu la conjoncture actuelle, d'interdire par proclamation sur le canton de Grandson toute recette à base de "nouilles" ?
C'est pas que je n'aime pas la cuisine italienne mais mon estomac refuse cette abondance qui maintenant se propage dans toute l'Helvétie jusqu'à vouloir s'approprier les "recettes" des cuistots de notre capitale.
A vous lire mon brave, dans l'espoir que vous interviendrez dans cette médiocre boustifaille qui met en danger notre savoir vivre et le prestige des cinq étoiles de nos grands chefs de cuisine...

Un fidèle gourmet,

Atila
_________________

LJS a écrit: "si on a pris le temps de coder les révoltes et les bandits, c'est pour que les joueurs se révoltent et jouent les bandits."
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Carne

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]







Carne le sévère, dégoulinant dedans sa barbe fleurie de mousse, rougeoyant dedans son oeil terrible , regardait, le cul dans l'eau, partir en zigzaguant au loin, le bouchon de sa ligne.

- Comme une barque, c'était donc vrai.....

Il prit à témoin le blaireau qui caquait sur la berge .

- C'est quoi ce monstre lacustre? Il a bouffé ma canne à pêche!!!!
- gnnnnn.... fit le blaireau.
- Continue... l'encourageait le lac avec de petites vaguelettes frémissantes.

L'avoyer ruisselant s'extirpa tout bougon de l'eau claire et glaciale et retourna se caler contre le tronc du saule pour se calmer la bile, se réchauffer le cul et faire le point sur sa pêche.
Il soupira et ferma l'oeil un instant, puis à présent désœuvré, entreprit de lire le courrier qu'il avait cueilli en partant de chez lui.

Du premier plis tout délavé, l'encre trop fraîche s'était brouillée. Il fronça l'oeil et se pencha :

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

...Faire.... interdire.... les nouilles à Grandson? ....

Il se redressa et sourit au lac :



- Eh bien tout arrive, monsieur Atila a enfin saisi mon programme de politique générale. Je me demande s'il va de ce pas joindre le geste à l'idée et perdre sa marâtre et son chien à Fribourg... c'est qu'amputé de ces attributs ridicules, l'homme serait sympathique....
- frotte, frotte, frotte.....
Devant lui passait le blaireau rampant sur deux pattes et frottant avec délectation son orifice sur l'herbe.

Interlude.....

-naaan....

Il jeta l'oeil au reste du paquet....
Des injonctions du bailli italien indélicat de livrer les mandats confédéraux, une menace de mort, une plainte indignée tracée d'une main souffrante, des prospectus pour la foire au bestiaux....
Puis il piocha une lettre pas trop mouillée en provenance de Sion et put la lire ce qui le relança dans ses sentences de comptoir de débit de bière bue plusieurs fois.


- Si on osait, c'est quelque chose comme ça qu'il faudrait faire.....
Tout démonter pour s'occuper à tout reconstruire....
N'est-ce pas l'occupation favorite de la plupart des empires ?
... au moins ça occupe...
Grandson allitée, Sion anémiée.... Je sais ce qu'il nous faut!
On démonte tout, on charge tout le monde sur des charrettes, on décrète l'exode, Les sudénois montent, les grandsonnois descendent. On se retrouve au milieu.
Lausanne!!!
Faut rebâtir les ruines et fonder une nouvelle cité au bord du grand Lac
.

- soupir.... soupire le Lac.

- Nan, mais je t'aime bien, mais tu cailles un peu... et puis ton frère est plus grand!
- J'ai même trouvé le nom!
- Grand'Sion !
C'est grand, c'est Sion, C'est Grandson.... ça en jette, non? Il ne restera plus qu'à démenager le hameau de Fribourg qui n'est pas autonome ne nous attire que des ennuis et puis aussi on récupère le port.
Dans pas un an, je te fiche mon billet qu'on devient Capitale!


- silence appuyé.... le petit bout de Lac boude...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Carne

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]






Carne le sévère, fumant dedans sa barbe, cul-nul dans la pampa, frottait ses mains ridées devant un feu pétillant de bois de saule.
Il se sentait beaucoup mieux.
A ses côtés reposait l'arme du défoulement, une hache émoussée. Ses braies pendaient à sécher sur une branche coupée, plantée à l'écart des flammes.
Le blaireau revenu de sa chasse au batracien, sanglotait devant son logis abattu et maudissait l'avoyer, sa hache et les copeaux de bois qui lui piquaient les pattes, en mâchouillant rageusement un bout de grenouille.
Le lac évitait de moufeter, craignant peut-être de se faire séparer les eaux.
La magie bucolique des paysages enchanteurs doit parfois céder le pas aux nécessités de l'homme du vent.

Carne était allé chercher dans sa charrette, son petit secrétaire de campagne et s'installant comme il pouvait, tâcha d'écrire à peu près droit.


Cita:
Chère Lyana,

J'ai acquis récemment un peu de bois. Il est certes un peu vert et il y en a modérément, mais si vous en voulez, je pense que nous pouvons dépanner. Faites quérir une bonne mule et envoyez-le chercher.
Vos paroles m'ont donné à réfléchir et j'aimerais vous proposer un projet audacieux qui nécessiterait d'ailleurs quantité de bois.
Mais avant toute chose ... Avez-vous déjà déplacé une ville?

Bien à vous,
Votre ami,
Carne.

P.S. Je recherche un harpon de bonne taille pour la pêche au gros. vos forgerons sont-ils compétents?

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Lyana

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]






[ A Sion devant une demie douzaine de chopines ]

La plume crisse, le geste est rapide mais soigné, la main ne tremble pas, la plume ne tâche pas et l'âme de la rouquine navigue entre deux eaux...


Cita:
Cher ami,
Il se trouve que Sion reçoit aussi des Italiens, étonnant je sais pour celui qui ne connait pas Sion mais pour l'érudit des villes endormies cette fin est logique, sauf que je l'accepte assez mal.. et même pire je pense ne rien faire pour libérer les idiots endormis.
Aujourd'hui j'ai tout de même rit car nous en avons de bons chez nous.. une sorte de blonds mais tout à l'intérieur.. terrifiant! Du coup j'ai appris que Dieu est Romain et aussi qu'il peut être anormal qu'un avoyer viré de son siège ne puisse plus accéder à la marchandise de la mairie .. enfin c'est ainsi à Sion..
Vous comprendrez que je ne puisse guère venir chercher du bois mais que si à tout hasard vous envisagez d'aller mettre le feu aux Milanais, je serai présente!

Mais entre nous, c'est amusant tout ce qui arrive, cela me permet de constater que les Sédunois ne savent toujours pas ce soir que leur cité est occupée.. enfin c'est ainsi, je suis en vacances et j'irai bien à la pêche..

Faites attention à vous,
Votre amie, Lyana
_________________


Carne

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]







- Tape pas des pieds si fort, tu vas faire fuir le poisson.
- Mais m'sieur l'avoyer! y a des routiers dans la ville!
- Laquelle?
- La notre.
- Alors c'est pas grave, on a rien à voler. Laisse-moi pêcher.... Ah... attends! Fais porter ce bois de saule à l'avoyerie.


... plus tard

- M'sieur l'avoyer, votre cousin est au plus mal.
- Oulà, mais lequel, donc? Si tu crois que ça m'aide...
- C'est m'sieur Bilboquet, les italiens l'ont eu, ou presque.
- C'est l'histoire de notre vie. Ça nous arrive depuis des siècles. Il ira mieux. Laisse-moi pêcher.... Ah... attends! Va voir si une mule arrive de Sion.


... plus tard

- M'sieur l'avoyer, Sion a été attaquée.
- Ah, mais ont-ils envoyé une mule pour le bois?
- Point de mule, mais le bois est en route.
- Bon... Laisse-moi pêcher.... Ah.. attends! Rapporte-moi un harpon!


... plus tard

- M'sieur l'avoyer! Les mines s'écroulent!
- Damnation! Est-ce qu'on a des bons du trésor?
- Point de bons du trésor.
- Alors, ça va. Va et laisse-moi pêcher... Ah.. attends! Ce harpon est trop petit, trouve-moi une pique de hallebardier. Et porte ces deux carpes dans le cellier.


... plus tard

- M'sieur l'avoyer, des combats à Fribourg! Un vrai carnage!
- Qui donc est mort?
- Quelque barbare italien.... Et aussi on dit que Monsieur Wahl a crevé.
- Diable! Pour une fois qu'il n'était presque pas en retard! Cours à Fribourg quérir des asticots!
- ....
- Ça va, ça va, C'est bon, je viens...


... plus tard, sur le chemin du retour,
après s'être arrêté pour faire un discours électoral et serrer des pognes dans un élevage de porc.


-... et c'est pourquoi je reste fondamentalement persuadé que le particularisme dû à notre histoire unique doit prendre en compte les préoccupations de la population de base dans l'élaboration d'un projet porteur de véritables espoirs pour les éleveurs porcins.
Vive le porc! Vive la saucisse ! et vive....
- M'sieur l'avoyer! Les fribourgeois vaquent à leur champs et ne se révoltent pas.
- Diantre! Va dire au cousin Bill de fermer les tripots de la ville et de casser quelques jambes, pour motiver par l'exemple.


Le lendemain, dans une ferme, toujours sur le chemin du retour, car on l'avait gardé à souper la veille.

- Ça c'est du bon fromage de tête! Y a que chez nous qu'on en fait du pareil!
Et ce n'est certainement pas vous, mes chers compatriotes, qui me contredirez si je vous dis que l'effort prioritaire en faveur de la filière du maïs entraîne une mission somme toute des plus exaltantes pour moi : l'élaboration de solutions rapides correspondant aux grands axes commerciaux prioritaires. Et si je vous dis que le maïs soigne de la peste, c'est parce que...
- M"sieur l'avoyer... Les italiens ne veulent toujours pas se rendre et ...
- Ahh, la barbe! Voilà qui suffit! File pigeonner à Milan qu'on augure au printemps une pénurie de tomate!


Un peu plus tard dans un dortoir d’alités au couvent Saint-Frusquin.

- Vous aimez dormir? Et après? J'ai depuis longtemps, ai-je besoin de vous le rappeler ... défendu l'idée que la situation d'exclusion que certains d'entre vous connaissent conforte mon désir incontestable d'aller dans le sens d'un avenir s'orientant vers plus de calme et de tranquillité. Pour un sommeil de qualité, préférez une paillasse grandsonnoise!
Et soyez assurés que...
- M'sieur l'avoyer! Fribourg est libre! Les italiens sont abattus ou en fuite.
- Bon, tu vois ...c'était pas si difficile...
Revenir en haut Aller en bas
Carne Pizeto

avatar

Messages : 1663
Date d'inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: [RP] Quand le silence... dort ou toc toc avoyer de Grandson   Mer 20 Fév 2013 - 15:54


A grandson, Bureau de campagne électorale de Carne Pizeto, sis dans la remorque de sa charrette. plus ou moins n'importe où.

Trouver des idées neuves n'est pas toujours aisé. Surtout pour ceux qui ont décidé de battre Carne le sévère aux élections cantonales.... mais ça c'est leur problème. Au pire, ils y arriveront avec des idées usées.
Ça marche aussi.
Mais, c'est une autre histoire et pour l'heure Carne est ailleurs.

Il a compilé quarante-deux manifestes de corporations et de guildes, dix-huit relevés de commerce établis par ses ancêtres et tout un tas de documents plus inutiles les uns que les autres et qui pourraient donner lieu à un joyeux incendie s'il n'étaient retranscrits sur des ardoises.
Oui, car la famille de Carne a conservé quelques archaïsmes au niveau de l'écrit. Quoi qu'il en soit, l'avoyer de Grandson est en pleine réflexion sur un modèle économique viable et tente de s'inspirer des pratiques étrangères..... dont il a extrait à force de coupes sans pitié un résumé succinct tenant sur une page.


Luxeuil :

-Vous avez 2 vaches. Vos voisins vous bisouillent et vous partagez le lait en chantant des cantiques.
Montpellier:
-Vous avez 2 vaches. Le Duché vous prend les deux et vous fournit en lait.
Caen :
-Vous avez 2 vaches. Le duché vous prend les deux et vous vend le lait.
Dole :
-Vous avez 2 vaches. Le Comté vous prend la vache blonde et abat la brune.
Teutons:
-Vous avez 2 vaches. Les miliciens les confisquent et vous traient avant de vous abattre
Empire :
-Vous avez 2 vaches. Le seigneur s'arroge la moitié du lait.
Schwyz:
-Vous avez 2 vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.
Soleure :
-Vous avez 2 vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartient le lait.
Fribourg :
-Vous avez 2 vaches. Vous écopez d'une amende pour détention de bétail en appartement.
Genève:
-Vous avez 2 vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.
Sion :
-Vous avez 2 vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.
Bern :
-Vous avez 2 vaches. Vous en vendez 3 à votre coopérative laitière en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès de votre CaC. Puis vous faites un " échange de lettres contre participation ", assorti d'une offre publique, et vous récupérez 4 vaches dans l'opération tout en bénéficiant d'un abattement fiscal pour l'entretien de 5 vaches. Les droits sur le lait de 6 vaches sont alors transférés par un intermédiaire fribourgeois sur le compte d'une société genevoise détenue clandestinement par un actionnaire qui revend à votre coopérative les droits sur le lait de 7 vaches. Au rapport de ladite coopérative figurent 8 ruminants, avec option d'achat sur trois tapis et une bête supplémentaire.
Entre temps vous abattez les 2 vaches et vous gagnez un jambon.
Option :
-Vous avez 2 vaches. Vous vendez l'une, vous forcez l'autre à produire comme quatre, et vous licenciez l'ouvrier qui s'en occupait en l'accusant d'être inutile.

Bourgogne :
-Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une de vos vaches pour un taureau que vous trayez aussi.

Pays saxons :
-Vous avez 2 vaches. Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l'autre. La vache vivante devient folle. Le royaume vous subventionne pour l'abattre. Vous la donnez à manger à vos moutons.

- Oh et merd.e....

Casse...
balance les morceaux à la flotte...
ricochet....
Ardoise neuve :

- Vous avez deux vaches. Vous les peignez en mauves, vous les attelez à un traineau et vous faites la tournée des plaines en faisant Hooohooohooo...
Revenir en haut Aller en bas
Carne Pizeto

avatar

Messages : 1663
Date d'inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: [RP] Quand le silence... dort ou toc toc avoyer de Grandson   Mer 20 Fév 2013 - 16:02

Atila

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]









Quand le silence... dort ou toc toc avoyer de Grandson.


Atila voulut se présenter au toc toc de l'avoyer en apercevant le bout du nez de Carne en gargote.


Il semblait en pleine méditation, soit il allait poster en gargote soit
il se préparait à se coucher, mais l'un dans l'autre ça revenait au même
se dit-il en souriant.


Revenir en haut Aller en bas
Carne Pizeto

avatar

Messages : 1663
Date d'inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: [RP] Quand le silence... dort ou toc toc avoyer de Grandson   Mer 20 Fév 2013 - 16:03

Les haras de Grandson...
Carne, debout sur un tonneau, distribuant de la luserne à un attroupement de chevaux.

....car quand la cavalerie est là, c'est un peu grâce à vous, quand même! Et ceux qui disent "mon Royaume pour un cheval!" devraient dire "Un cheval pour mon Royaume!"
Moi, je dis : Qu'on vous lâche la bride!
Et c'est pourquoi je prône un étiquetage précis afin de pouvoir suivre la traçabilité de la viande bovine. Hennit soit qui mal y pense, je ne hacherai pas mes mots! Il n'est pas admissible que nos plus fidèles amis équestres finissent dans la farce quand on sait de quelle intelligence ils sont capable de faire preuve!

Votez pour moi et je vous promets de ne plus jamais manger de cheval. Mieux, je porterai votre voix au pinacle et ferai entrer un de vos représentants au conseil de la ville!
Oui, le cheval est notre ami! il a droit au respect!
Bon! Qui veut un su-sucre!!!?


Il remballa son tonneau son un concert de hennissements, remonta sur son char à boeufs, et se remit en route pépère.

- Nom d'un p'tit christos! quel tabac!

Il prit le chemin de l'enclos des ânes.

-bon.... alors, surtout, ne pas parler de saucisson....
Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Quand le silence... dort ou toc toc avoyer de Grandson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le temps passe vite quand on s'amuse!
» capturer rathalos +
» Small "shopping"
» Capture rathian
» [RESOLU]quand c'est qu'on recontre la cha-cha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nomades :: La Caravane passe [accès à tous] :: [RP] Recueil des petites histoires de la famille cyclopède.-
Sauter vers: